Association Maitron Languedoc-Roussillon

Histoire contemporaine en Languedoc-Roussillon


         
            Mentions légales : 1&1 Internet SARL, 7 place de la gare,BP70109, 57 201 Sarreguemines Cedex - Tel : 0970 808 911 

L'association est sur Facebook :

https://www.facebook.com/Association-Maitron-Languedoc-Roussillon-785779905144552/?modal=admin_todo_tour

Procès-verbal de l’ Assemblée  Générale du 11 mai 2019 à Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault)
                         
Présents : MM. André Balent, Jean-Yves Barbier, Pierre Chevalier, Jean Costumero, Jean Medan, Henri Moizet, Jean-Claude Richard, Richard Vassakos,  Patrick.Vazeilles..  Représentés : Mme Christine Delpous-Darnige. MM. Andreani Roland, Barba Serge, Bonet Gérard, Bonnaud Pierre, Deschamps Bernard, Huard Raymond, Mabboux Dominique,  Malclès Robert ,  Pech Rémy, Pianelli Jean,  Ruquet Miquèl,  Schill Pierre, Sugier Fabrice, Susagna Gilbert, Tirand Paul.

Avec 9 présents et 16 représentés sur un total de 40 adhérents à jour de leur cotisation, le quorum est atteint.
____________________________________________________________________________________
-   Le président, Richard Vassakos, ouvre la séance à 10 h15 en remerciant Jean-Claude Richard, organisateur de notre rencontre à St- Guilhem- le- Désert. Il rend ensuite hommage à notre ami Jacques Blin, décédé le 18 novembre  2018 : membre du Bureau et du Comité de rédaction du Midi Rouge, auteur d’articles, de biographies, il était l’un de nos membres les plus actifs.

   Le Président présente l’ordre du jour.
1 – Le Président soumet à l’assemblée le bilan moral  de l’exercice écoulé :
     Le Bulletin semestriel Midi Rouge parait en juin et en décembre. S’il a subi en 2017-2018 quelques retards, ils sont essentiellement imputables à quelques problèmes aux Presses Universitaires de Perpignan.  Ainsi, des numéros du Bulletin ont été imprimés aux frais de l’Association pendant ces deux années. Ces problèmes sont aujourd’hui en voie de résolution puisque l’Université de Perpignan entend respecter la Convention passée avec notre association. Reste le problème du financement de la publication des Actes de 2013, 2015, 2017.  Dans notre Bulletin, nous continuons à offrir à nos lecteurs des biographies, des comptes-rendus de lectures, des articles de fond. La page de couverture est illustrée depuis le Numéro 31. Le numéro 32 comporte un fort utile index des articles, du numéro 1 au numéro 31, réalisé par Patrick Vazeilles.
  Notre « Journée d’étude » de 2017 consacrée à l’année 1917 en Languedoc-Roussillon s’était tenue à Nîmes. Elle s’était bien déroulée mais avait souffert de la simultanéité d’événements nombreux et attractifs dans la ville. Nous organiserons en novembre ou décembre 2019 une nouvelle Journée dédiée aux Cheminots d’hier et d’aujourd’hui. Six interventions sont prévues. Le président sollicite la médiathèque de Béziers qui dispose d’un amphithéâtre et d’un restaurant.   
   Le Bureau de l’association continue à assurer la gestion des affaires courantes et la préparation des événements au rythme de trois ou quatre rencontres dans l’année.
  La Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon a été dissoute en septembre 2017.
  Le problème de sa succession est posé. Si une nouvelle fédération est créée, quel sera son périmètre ? Quelle sera sa structure ? L’AMLR doit-elle envisager de s’y intégrer ?
  Le Dictionnaire des fusillés : nous continuons à y collaborer par l’étude de nouveaux lieux d’exécution. Les recherches sont en cours.
              L’Assemblée approuve le bilan moral à l’unanimité.
 
2- Le bilan financier  est présenté par André Balent, trésorier. Il fournit aux membres présents le relevé des recettes et des dépenses de l’association. Le solde en trésorerie de l’exercice 2018 est négatif. Il s’élève à 1035,12euros. Comme en 2017, cela ne s’explique pas par la variation des recettes qui tiennent essentiellement aux cotisations, maintenues à 15 euros, mais à deux chapitres de dépenses : celui de l’imprimerie ( 928,4 euros) en raison de la défaillance des PUP, et celui des frais d’obsèques de Jacques Blin :  faire-part et gerbe, pour 641, 24 euros. Il reste que le bilan financier au 31 décembre 2018 est positif grâce à nos comptes bancaires, compte courant et compte sur livret, notre actif s’élevant à 5431, 60€, soit une légère baisse par rapport à l’année précédente où il était égal à 6246,05 €. L’association ne reçoit aucune subvention. Le trésorier envisage de rechercher le parrainage d’un élu susceptible d’appuyer nos demandes.

Le bilan financier est approuvé à l’unanimité.

3 – Renouvellement du Bureau : Madame  Delpous-Darnige a choisi, faute de temps disponible, de démissionner de son poste de secrétaire adjointe. Le bureau est par ailleurs renouvelé dans son entier par vote à l’unanimité.   Sa composition est donc la suivante : Richard Vassakos président, André Balent trésorier, Pierre Chevalier trésorier adjoint, Hélène Chaubin secrétaire, Patrick Vazeilles membre.

4- Projets d’activités :
 Le numéro 33 du Midi Rouge est en préparation. Sa sortie est prévue en juin.
 Notre site internet, toujours bien géré par Miquèl Ruquet, rend régulièrement compte de nos activités. C’est Richard Vassakos, avec le soutien d’Hélène Chaubin mais surtout d’André Balent, qui gère la page Facebook . Elle a un succès certain.  Pierre Chevalier avait souhaité lors de notre précédente Assemblée générale la création d’une zone cryptée accessible seulement à nos adhérents qui pourraient y placer des résultats de recherches, ce qui valoriserait nos échanges.  Nous aurons à en discuter en réunion de bureau pour la mise au point du projet.
 Le Bureau aura également à finaliser l’organisation logistique de la Journée d’étude sur les cheminots. Les archives de la SNCF sont conservées à Béziers. Nous avons pris contact avec la CGT de Béziers qui vient de publier un livre sut les résistants et résistantes membres de la CGT. Nous leur avons proposé une participation à notre Journée d’étude.

L’ordre du jour étant épuisé, le président clôt la séance à 12 h15.

 

Après un repas en commun au restaurant La Taverne de l’Escuelle nous avons pu visiter la Collégiale de Saint-Guilhem et son musée lapidaire sous la conduite d’un guide d’exception, Monsieur Jean-Claude Richard. Qu’il en soit remercié.
 

      La Secrétaire : Hélène Chaubin





 



 

 

Dans la nuit du 17 au 18 novembre, Jacques Blin, éminente figure sétoise, nous a quitté. Il avait 73 ans et a succombé à une longue et éprouvante maladie..
Infatigable historien du mouvement ouvrier sétois, auteur de nombreux articles dans notre bulletin Le Midi rouge, il a également été un des fondateurs de l’Institut d’Histoire Sociale CGT Marcel Caille. Il écrivait également pour la revue Études Héraultaises. Il était un pilier de notre association dans au sein de laquelle il occupait les fonctions de membre du bureau et de membre du comité de lecture.
A son épouse Rose Mioch et à l'ensemble de sa famille et de ceux qui sont touchés par ce deuil, nous adressons nos pensées et présentons nos sincères condoléances.

 

Richard Vassakos, président de l'Association Maitron Languedoc-Roussillon

La cérémonie d'hommage civil se tiendra au funérarium de Sète
81 boulevard Camille Blanc
Vendredi 23 novembre à 14h45

Biograhie du dictionnaire Maitron

 

L’Indépendant du 3 juin 2018 a publié un article de SEB (« Valmanya : quand la légende résiste ! »). Seb connu pour ses chroniques humoristiques, nous livre un dessin digne d’une BD de vampires illustrant un article se voulant quant à lui sérieux et novateur.
Cet article appelle de la part des historiens sous-signataires deux remarques :
̶ Contrairement à ce qu’affirme SEB, l’attaque de Prades n’est pas à l’origine de la destruction de Valmanya et de l’attaque des maquis cantonnés à la Pinouse. Les archives françaises, ouvertes depuis peu, et allemandes démontrent le contraire.
̶   Sur la mort de Julien Panchot : comment SEB peut-il affirmer que Julien Panchot a été blessé par ses hommes ? Sur quel témoignage crédible, sur quel(s) fonds d’archives s’appuie-t-il ?
Une page d’histoire, comme celle de Valmanya, ne peut pas être traitée de façon aussi légère.
Des travaux ont déjà été publiés, il fallait en tenir compte.


Un état des connaissances sera publié dans un prochain numéro du Midi Rouge, bulletin de l’Association Maitron, Languedoc-Roussillon.

André Balent, Pierre Chevalier, Georges Sentis et Christian Xanxo, historiens

Ce texte n'a pas été encore publié par L'Indépendant à la date du 11 juillet 2018.


 

Sites liés à l'association.

 

Les livres publiés par les membres de l'association Maitron L.R.  

Newsletter des Éditions de l’Atelier

Connaissez-vous la pléiade des militants ?


Depuis 50 ans, des hommes et des femmes sont au cœur du Maitron, une œuvre collective éditoriale complètement folle imaginée en 1955 par Jean Maitron, pionnier de l’histoire ouvrière et sociale en France, et poursuivie par Claude Pennetier qui y associe désormais un jeune historien, Paul Boulland. L’audace de cette entreprise éditoriale éditée par les Éditions ouvrières/Éditions de l’Atelier depuis le premier volume en 1964, est de retracer, par ordre alphabétique, les itinéraires souvent étonnants des acteurs du mouvement ouvrier et du mouvement social. Une véritable saga du monde ouvrier conçue par une équipe de 300 historiens qui permet de connaître une diversité d’engagements qu’ils soient syndicaux, coopératifs, socialistes, féministes, anarchistes, communistes. Certains noms du Maitron sont très connus, la plupart n’ont aucune notoriété, c’est ce qui fait la valeur incomparable de cette pléiade. Elle met en lumière les dizaines de milliers de militants qui ont fait l’histoire du mouvement ouvrier et du mouvement social.

Le Maitron leur donne une place dans l’histoire. Au présent.


Cette « pléiade des militants » ? qui compte à ce jour 44 volumes pour la période de 1789-1939 et 10 volumes pour la période 1940-1969 (deux volumes sont à paraître en 2015 et 2016) ? fêtera ses 50 ans le mercredi 3 décembre 2014 à Paris (invitation ci-dessous), une occasion de célébrer sur une journée entière cette œuvre gigantesque qui se poursuit… plus que jamais, et de la faire connaître encore davantage. Vous pouvez, par exemple, solliciter les médiathèques de votre ville pour qu’elles l’acquièrent, sous format papier ou numérique, et la mettent ainsi à disposition d’un large public les trésors que contient le plus grand dictionnaire biographique d’Europe en langue française !

Le Maitron, tome 10 (Pep-Ri) vient de sortir en librairie !
464 p. – 65 €

Disponible en librairie

Il contient de nombreuses biographies de syndicalistes (comme Jean Petite, Charles Piaget), hommes politiques (Maurice Pic, Christian Pineau, René Piquet), femmes engagées (comme Michelle Perrot, Madeleine Riffaud), d’historiens comme Antoine Prost et Madeleine Rebérioux ou d’intellectuels ou artistes engagés comme Pablo Picasso, Edouard Pignon, etc.

Tout achat de volume donne droit à l’accès gratuit pendant 1 an à la base en ligne et à ses 150 000 notices. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/

 

L’AERI, depuis sa création en 1993, poursuit son travail de transmission de l’histoire de la Résistance ainsi que ses valeurs à travers différents projets :
La réalisation de cédéroms, parfois dévédérom, sur la Résistance dans les départements ou régions. Cette campagne, en cours, part de l’idée que la Résistance est fondamentalement un phénomène de nature locale.

Aujourd'hui, plus de 80 équipes travaillent sur l'histoire de la Résistance dans leur département ou région. Une quinzaine de cédéroms et dévédéroms sont déjà sortis.

" Le projet AERI Hérault  a été envisagé en 20.... avec un groupe d'historiens et d'amateurs qui se sont réunis plusieurs fois et ont pris les contacts nécessaires avec les Archives départementales et l'Université Paul Valéry. Celle-ci n'était pas formellement engagée dans le projet.
    La conclusion de ces réunions-- toujours d'actualité-- est que ce département manque d'études préalables concernant les mouvements de résistance, les maquis et les monographies sur les villes principales: Montpellier " capitale du pétainisme", Béziers, Sète... , études que l'AERI 34  ne peut pas effectuer, en tant que telle,  mais qui lui seraient indispensables.
Le projet est donc actuellement reporté en espérant que des chercheurs prendront à leur charge ces études. Il convient de rappeler que la situation est la même dans l'Aveyron, l'Aude et les Pyrénées orientales ."  J.-C.Richard

Nous venons d'apprendre  le décès d'Alain Rouquette, qui était un de nos adhérents Maitron. Il avait 89 ans et souffrait depuis longtemps de troubles pulmonaires graves mais il s'intéressait  toujours aux activités historiques concernant le mouvement ouvrier. Instituteur qui au prix d'efforts considérables avait acquis une licence de géographie et passé le CAPES, il était devenu Professeur d'histoire  et géographie au CES Condorcet à Nîmes. Il s'était investi notamment au moment du Bicentenaire de la Révolution et avait publié  les Cahiers de Doléances du Tiers État de la Sénéchaussée de Nîmes, (éditions Lacour, 1989) à ainsi que des travaux sur Anduze dont il était originaire.

Association Maitron


L'historien Jean Maitron a fondé une œuvre sans commune mesure, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Cet ouvrage, appelé communément « le Maitron », recense plus de 100 000 biographies du monde ouvrier, de l'anarchisme au socialisme en passant par le communisme, de la Révolution Française à la seconde guerre mondiale. Après la disparition de son créateur, Claude Pennetier a repris le flambeau. Sous son égide, le dictionnaire - désormais : le Maitron, dictionnaire biographique mouvement ouvrier mouvement social - ouvre une nouvelle période de recherche, pour couvrir l'histoire du monde ouvrier de 1940 à mai 1968.

Au-delà du seul dictionnaire, le projet Maitron vise aussi à fédérer les acteurs intéressés par cette histoire, historiens, militants, archivistes, ainsi que toute personne intéressée par ce type de démarche historique. À cette fin a été créé un site internet :

http://biosoc.univ-paris1.fr/

Association Maitron Languedoc-Roussillon

 

Le mot du président,

L’Association Maitron Languedoc-Roussillon  est une émanation régionale du dictionnaire du mouvement ouvrier initié par Jean Maitron. Sa vocation première est donc de dresser des biographies de militants du mouvement ouvrier. Un échantillon de celles-ci est présenté dans le bulletin semestriel de l’association intitulé Midi rouge. Néanmoins, les membres de l’association ne se cantonnent pas à cette tâche. Dès les origines, ils ont élargi leur champ de recherche à l’histoire du mouvement ouvrier dans le Languedoc méditerranéen et en Roussillon. Profitant, de leur expérience biographique, ils ont pu construire une histoire sociale par le bas, à hauteur d’homme en quelque sorte. D’ailleurs les champs d’investigation se sont progressivement élargis et désormais, le Midi rouge est une revue qui propose des articles d’histoire sociale, politique, culturelle pour la période contemporaine. Ces dernières années ont aussi vu l’ouverture vers de nouveaux auteurs et la diffusion s’est développée puisque tous les dépôts d’archives et toutes les grandes médiathèques de la région reçoivent le bulletin. Parallèlement, l’association organise aussi tous les deux ans des journées d’étude d’un haut niveau scientifique qui donnent lieu à des publications. Après, Réinventer la gauche 1945-1968 en  2011, Libération et épuration en 2013, la journée 2015 a eu pour thème Mines et mineurs en languedoc-Roussillon.

Richard Vassakos

Actualités

Les numéros 28 et 29 de Midi Rouge et le sommaire du31 sont en ligne.

Nouveau dépôt du Midi Rouge à la Librairie des Sources 5, rue Trencavel, Béziers.

Le dépôt du Midi Rouge a été effectué à la librairie : Le Grain des Mots, 13, boulevard du Jeu de Paume, Montpellier

Présentation du Dictionnaire des Fusillés à Nîmes

Mardi 5 avril 2016 Ici

Une présentation très détaillée du Dictionnaire des Fusillés: l'article en PDF.

L'Association Maitron.L.R. a signé un accord de partenariat avec le CRHISM (Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes) de l'université de PerpignanVia Domitia .

http://crhism.wordpress.com

Article du Travailleur Catalan du 8 janvier 2018 sur les numéros 28 et 29 du Midi Rouge en ligne.

 

Un article du mois d'août 2014 sur notre association Ici

 

Vous pouvez écrire à l'Association. Une lettre vous sera envoyée pour vous informer des activités. Adresse : maitronlr@orange.fr

COURIER DES LECTEURS

De Danièle Rutily le 1er juillet 2018

Bonjour,
J’ai lu que M. Balent avait travaillé sur l’histoire de la famille Vigo.
Mon mari est un descendant des Montels/Bouisset/Marie Julie Thérèse Vigo-Roussillon mais  je n’arrive pas à retrouver l’origine de cette branche.
La première trace du père de cette dernière, Jean Pierre, est à Montpellier en 1765 dans l’acte de naissance d’un enfant qu’il a eu avec Marie Anne David. Je sais qu’il est décédé entre 1780 et 1783 mais je ne trouve pas où. Il est également le père du colonel du même nom.
Une note du grand-père de mon mari dit qu’il est né à Perpignan mais j’ai cherché sans succès.
M. Balent aurait-il, au hasard de ses travaux, rencontré cette famille?
Vous est-il possible de transférer ce mail à M. Balent au cas où il aurait l’amabilité de bien vouloir me répondre, même négativement?
Merci beaucoup. Bien cordialement. Danièle Rutily

Réponse d'André Balent le 2 juillet 2018 :

Bonjour,
Je n'ai pas travaillé sur les Vigo du Roussillon. Tout ce que je peux vous dire c'est qu'ils sont apparentés de loin, avec ceux de Cerdagne qui ont été l'objet d'une de mes recherches. Des personnes encore vivantes portent le nom de Vigo et sont (ou étaient domiciliées à une date récente) domiciliées à Perpignan, Tresserre (Aspres), Corneilla-de-Conflent, Estagel (dont un biographié du Maitron [Maitron en ligne] militant communiste).
Bien cordialement, André Balent

De Danièle Rutily le 3 juillet 2018 :

Bonsoir,
Je vous remercie très sincèrement d’avoir pris la peine de me répondre. Je vais continuer mes recherches mais ce n’est pas facile car je ne trouve aucun document expliquant à partir de quel moment la famille Vigo est devenue Vigo-Roussillon (ou Vigo dit Roussillon).
Peut-être aurais-je la chance de tomber sur un indice un jour. Je ne manquerai pas de vous en faire part.
Je vous souhaite une bonne soirée. Bien cordialement.
Danièle Rutily

Claude Richard le 1/09/2018

Est-ce-que AERI 34  est envoyé dans les poubelles de l'Histoire...
et qu'en est-il pour les autres départements de la R3 (sauf Gard et Lozère) ?

 

De Fabrice Bourrée le 7/09/2018

Bonjour à tous

Je me permets de réagir au courriel envoyé par M. Jean-Claude Richard Ralite.
Face à l'obsolescence du support CD-ROM, la direction de la Fondation de la Résistance a décidé de mettre fin à cette opération. Le DVD-ROM "La Résistance dans la Somme" sorti en mai dernier est donc le 28e et dernier opus de la collection. 
Les travaux sont dorénavant basculés sur le Musée de la Résistance en ligne. Je vous informe également que nous avons créé une application mobile "Lieux de mémoire 1940-1945" et que vos contributions y seront les bienvenues. Ces contributions apparaissent également sur la page "lieux" du Musée de la Résistance en ligne. Cordialement.

---
Fabrice Bourrée
Chef du département AERI (Musée de la Résistance en ligne)

Fondation de la Résistance - Département AERI

16-18 place Dupleix
75015 Paris

Abonnez-vous à notre lettre d'information électronique :
http://www.fondationresistance.org/pages/lettre_info/

Rejoignez-nous sur :
http://www.fondationresistance.org/
http://www.museedelaresistanceenligne.org
https://www.facebook.com/museedelaresistanceenligne/

De Pierre Schill le 2/11/2018

Chers amis du Maitron,
Je me permets de vous signaler la parution de l’ouvrage Réveiller l’archive d’une guerre coloniale dont l’origine est la découverte d’une archive photographique perdue dans les papiers de Paul Vigné d’Octon, figure de l’anticolonialisme sous la IIIè République, qu’Edwy Plenel a mis récemment à l’honneur de son ouvrage consacré au Maitron. Si le livre est d’abord consacré à l’auteur des photos présentes dans les archives de Vigné d’Octon – l’écrivain reporter Gaston Chérau – il aborde la manière dont l’ancien député de l’Hérault s’est engagé au moment de la guerre italo-turque en Tripolitaine (1911-1912) puis en février 1914, au moment où la France cherche à affermir sa position au Maroc.
N’hésitez pas à relayer cette information auprès des collègues et amis susceptibles d’être intéressés. Bien cordialement.
Pierre Schill

 

De Jean-Claude Richard le 8/11/2018

Chers amis,
l'Aveyron depuis plusieurs années maintenant publie peu à peu des "flyers"plus ou moins développés (le dernier concerne l'ORA) sur les maquis de ce département. C'est une excellente initiative qu'on voudrait voir ailleurs car ces textes donnent l'essentiel et, s'il y a lieu, renvoient à des monographies ou autres ; J'aimerais que l'on puise établir la liste des maquis de l'Hérault (- avec biblio si elle existe -) ainsi que pour les autres département)à partir de cela on pourrait suivre l'exemple de l'ODAC de Rodez et "profiter" des conseils de H. Moizet (il m'a remis hier un texte sur Codiols ). Moizet doit nous fournir la liste des docs déjà publiés à Rodez. Merci de votre attention. Jean-Claude RICHARD, Directeur de recherche(er) CNRS

De Jean-Claude Richard le 23/11/2018

Je viens d'acquérir un très récent livre de : Pierre Schill, Réveiller l'archive d'une guerre coloniale, Creaphis, 3ème trimestre 2018, 479 pages, 35 euros.  On y apprend que 'l'auteur " au hasard d'une recherche sur les mineurs de charbon de l'Hérault à la fin du XIX siècle" ( je ne le connais pas et je ne sais avec qui il fait cela ????)  a découvert des photographies. Le départ est donc  un ensemble de photographies prises en Lybie par Gaston Chérau et qui se trouvait aux ADH dans le fonds de Vigné d'Octon. Le travail est une analyse du travail des photographes sur la colonisation et rend homamge à l'anticolonialisme de Vd'Octon.  Comme je l'évoque souvent, cela devrait contribuer au travail sur ce sujet et il ne manque pas de documents : je pense à tous ceux, par exemple, qui existent sur la  Nouvelle-Calédonie et j'imagine ce qui doit exister pour l'Algérie ..... Cordialement JCR   Jean-Claude RICHARD, Directeur de recherche(er) CNRS  Université d'Aix-en-Provence