Association Maitron Languedoc-Roussillon

Histoire contemporaine en Languedoc-Roussillon



         
            Mentions légales : 1&1 Internet SARL, 7 place de la gare,BP70109, 57 201 Sarreguemines Cedex - Tel : 0970 808 911 

 
 

Jounée d'étude de l'Association Maitron LR

Nîmes le 2 décembre 2017

1917 et le Languedoc-Roussillon

 

Matin : présidents : Richard Vassakos, jusqu’à la pause ; André Balent, ensuite

Après-midi : Patrick Vazeilles

 

MATIN :

Fabrice Sugier : « Syndicalisme et mouvements sociaux dans le bassin houiller d’Alès en 1917 »

Jean-Louis Blanchon : « La Basse Cerdagne en 1917 »

Pierre Chevalier : « En Andorre, la révolution guetterait-elle en cette année 1917 ? »

APRÈS-MIDI :

Christine Delpous-Darnige : « ‘‘Il paraît que en Champagne, les régiments ne veulent plus marcher …’’ 1917, entre représentations et expériences, témoignages héraultais »

Miquèl Ruquet : « Les mutineries de 1917 et leur influence sur la désertion et l'insoumission dans les Pyrénées-Orientales » [extension possible à l’Ariège, la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées]

Raymond Huard : « La révolution russe vue du Gard ( mars-décembre 1917) »

 

Nouveau
Sites liés à l'association :

Cliquez

Les livres publiés par les membres de l'association Maitron L.R.  


Newsletter des Éditions de l’Atelier

Connaissez-vous la pléiade des militants ?


Depuis 50 ans, des hommes et des femmes sont au cœur du Maitron, une œuvre collective éditoriale complètement folle imaginée en 1955 par Jean Maitron, pionnier de l’histoire ouvrière et sociale en France, et poursuivie par Claude Pennetier qui y associe désormais un jeune historien, Paul Boulland. L’audace de cette entreprise éditoriale éditée par les Éditions ouvrières/Éditions de l’Atelier depuis le premier volume en 1964, est de retracer, par ordre alphabétique, les itinéraires souvent étonnants des acteurs du mouvement ouvrier et du mouvement social. Une véritable saga du monde ouvrier conçue par une équipe de 300 historiens qui permet de connaître une diversité d’engagements qu’ils soient syndicaux, coopératifs, socialistes, féministes, anarchistes, communistes. Certains noms du Maitron sont très connus, la plupart n’ont aucune notoriété, c’est ce qui fait la valeur incomparable de cette pléiade. Elle met en lumière les dizaines de milliers de militants qui ont fait l’histoire du mouvement ouvrier et du mouvement social.

Le Maitron leur donne une place dans l’histoire. Au présent.


Cette « pléiade des militants » ? qui compte à ce jour 44 volumes pour la période de 1789-1939 et 10 volumes pour la période 1940-1969 (deux volumes sont à paraître en 2015 et 2016) ? fêtera ses 50 ans le mercredi 3 décembre 2014 à Paris (invitation ci-dessous), une occasion de célébrer sur une journée entière cette œuvre gigantesque qui se poursuit… plus que jamais, et de la faire connaître encore davantage. Vous pouvez, par exemple, solliciter les médiathèques de votre ville pour qu’elles l’acquièrent, sous format papier ou numérique, et la mettent ainsi à disposition d’un large public les trésors que contient le plus grand dictionnaire biographique d’Europe en langue française !

Le Maitron, tome 10 (Pep-Ri) vient de sortir en librairie !
464 p. – 65 €

Disponible en librairie

Il contient de nombreuses biographies de syndicalistes (comme Jean Petite, Charles Piaget), hommes politiques (Maurice Pic, Christian Pineau, René Piquet), femmes engagées (comme Michelle Perrot, Madeleine Riffaud), d’historiens comme Antoine Prost et Madeleine Rebérioux ou d’intellectuels ou artistes engagés comme Pablo Picasso, Edouard Pignon, etc.

Tout achat de volume donne droit à l’accès gratuit pendant 1 an à la base en ligne et à ses 150 000 notices. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/

 

Présentation aux archives de l'Aude (Carcassonne), le 10 novembre 2015 à 20 h 30. Conférence d'André Balent. Compte-rendu ici.

Article du Travailleur Catalan sur le dictionnaire Ici

Parution de l’ouvrage Les Fusillés, en librairie à partir du 4 mai 2015.

Les Fusillés (1940-1944), Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés par condamnation et comme otage ou guillotinés, sous la direction de Claude Pennetier, Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty et Delphine Leneveu, Editions de l’Atelier, 1952 p., 30€.

Grâce à un travail scientifique et éditorial hors du commun et de nombreux partenaires, le grand public aura à sa disposition, pour la première fois, dans un seul et même tome, l’ensemble des biographies des personnes fusillées par condamnation par les autorités allemandes en France pendant l’Occupation (1940-1944). Car si les déportés et internés de la Seconde Guerre mondiale ont fait l’objet de nombreux travaux, les fusillés, autres victimes de la répression nazie et de la collaboration vichyste demeuraient jusqu’à présent un corpus méconnu, sujet à des polémiques mémorielles. Il y a eu, au fil des décennies, des chiffres à discuter mais pas de listes, pas de dictionnaires, peu de biographies historiquement établies.
Les auteurs ont d’abord procédé à la redéfinition de la notion de fusillé, distinguant d’une part la "justice légale" (les « fusillés par condamnation ou comme otages », et les guillotinés en France) ; et d’autre part une répression plus aléatoire, celle des exécutés sommaires qui sont présents sur une base en ligne accessible par un code donné dans le volume. Aux fusillés par condamnation, donc, s’ajoutent les victimes de la politique allemande : des otages exécutés à grand renfort de propagande, désignés en fonction de leurs opinions et activités antifascistes, qu’il ne faut pas confondre avec les prises d’otages des derniers mois de la guerre débouchant sur des exécutions sommaires. Figurent également les condamnés par les tribunaux italiens, les condamnés par les Sections spéciales françaises puis guillotinés, et les condamnés par les cours martiales de Vichy (Milice et Groupes mobiles de réserve).
L’ensemble forme, à notre sens, les fusillés stricto sensu. Il s’attache aux notices relevant des exécutions « légales ». Sont aussi signalés en fin de volume deux autres corpus : les femmes exécutées hors de France ou en France sans condamnation, et les suicidés morts sous la torture, sans garantie d’exhaustivité. Les femmes condamnées à mort en France étaient déportées en Allemagne et guillotinées hors du regard français, ou envoyées dans les camps de concentration. Les suicidés et morts sous la torture étaient destinés au peloton d’exécution et il ne serait pas juste de les séparer des fusillés. Plusieurs figurent dans le corpus des fusillés car suicidés dans les heures qui précèdent la fusillade, pour ne pas laisser aux nazis le droit de décider de leur mort. Ils sont d’ailleurs souvent cités dans les documents comme fusillés.
Ce travail de recherches et d’édition a été porté depuis 8 ans par Jean-Pierre Besse, décédé en 2012, Claude Pennetier et Thomas Pouty, puis Delphine Leneveu. Rassemblant une équipe de 111 historiens, ce volume édité par Les Éditions de l’Atelier compte près de 10 millions de signes qui courent sur 1952 pages imprimées sur du papier bible. Il représente un travail de conception et d’accompagnement éditorial d’une très grande ampleur qui s’inscrit dans la dynamique éditoriale du Maitron.
Le livre est publié sous la direction de : Claude Pennetier, directeur du Maitron et chercheur au CNRS (CHS XXe siècle), Jean-Pierre Besse (1949-2012), co-responsable du Maitron et historien de la Résistance, Delphine Leneveu, historienne de la Seconde Guerre mondiale et membre du CRHQ, coordinatrice, Thomas Pouty, historien des fusillés.

 

 

L’AERI, depuis sa création en 1993, poursuit son travail de transmission de l’histoire de la Résistance ainsi que ses valeurs à travers différents projets :
La réalisation de cédéroms, parfois dévédérom, sur la Résistance dans les départements ou régions. Cette campagne, en cours, part de l’idée que la Résistance est fondamentalement un phénomène de nature locale.

Aujourd'hui, plus de 80 équipes travaillent sur l'histoire de la Résistance dans leur département ou région. Une quinzaine de cédéroms et dévédéroms sont déjà sortis.



 

 


 

 

 


 



 

 

 
Association Maitron


L'historien Jean Maitron a fondé une œuvre sans commune mesure, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Cet ouvrage, appelé communément « le Maitron », recense plus de 100 000 biographies du monde ouvrier, de l'anarchisme au socialisme en passant par le communisme, de la Révolution Française à la seconde guerre mondiale. Après la disparition de son créateur, Claude Pennetier a repris le flambeau. Sous son égide, le dictionnaire - désormais : le Maitron, dictionnaire biographique mouvement ouvrier mouvement social - ouvre une nouvelle période de recherche, pour couvrir l'histoire du monde ouvrier de 1940 à mai 1968.

Au-delà du seul dictionnaire, le projet Maitron vise aussi à fédérer les acteurs intéressés par cette histoire, historiens, militants, archivistes, ainsi que toute personne intéressée par ce type de démarche historique. À cette fin a été créé un site internet :

http://biosoc.univ-paris1.fr/

BÉZIERS, médiathèque André Malraux, 7 juin 2017
Présentation du Dictionnaire des fusillés, exécutés et abattus 1940-1944

LES FUSILLÉS, UN REGARD HÉRAULTAIS ET BITTERROIS
La présentation s’est effectuée devant une quarantaine de personnes.
Claude Pennetier a présenté l’ouvrage, sa mise en ligne, l’état du chantier en cours, la méthodologie ;
Richard Vassakos a évoqué le corpus des fusillés de Béziers. Il a présenté aussi la monographie qu’il a rédigée pour le dictionnaire : Cébazan et Béziers (Hérault) : victimes du combat de Fontjun, exécutés au champ de mars de Béziers (6 et 7 juin 1944)
André Balent a poursuivi en présentant deux autres massacres héraultais : Rosis, Hameau de Douch (10 septembre 1943). Il s’agit là du premier combat livré aux troupes d’occupation par un maquis, en l’occurrence le maquis languedocien Bir Hakeim, de l’Armée secrète] ; Villeneuve-lès-Maguelone, Stand de tir de la Madeleine (14 mars -11 juillet 1944). Seize fusillés entre ces deux dates après jugements par le tribunal militaire allemand de Nîmes ou la Cour de justice du secrétariat d’État au maintien de l’ordre [La Milice] de Montpellier.
Hélène Chaubin a aussi deux lieux de combats où périrent des maquisards (AS) dans la dernière phase de la Libération du département. Ils se situent dans le Nord-Ouest de l’Hérault, dans les contreforts méridionaux du Massif Central : Faugères, Col de Peytafi (21 août 1944) ; Colombières-sur-Orb (22 août 1944).

Une discussion a suivi avec le public présent.

Les fotos són de Mònica Balent :

1 Helène Chaubin, Andreu Balent, Claude Pennetier, Richard Vassakos

2 Richard Vassakos

3 Hélène Chaubin

 

Procès-verbal de  l’ Assemblée  Générale du 22 avril 2017 à Anduze (Gard).
                          Séance ouverte à 10h30.
Présents : MM. Balent André, Chevalier Pierre, Huard Raymond,  Malclès Robert, Richard Jean-Claude,  Vassakos Richard, Vazeilles Patrick.  Mme Chaubin Hélène.
Représentés : Mmes Duplissy Chantal, Germa Françoise, Maillet Armande.  MM. Andreani Roland, Barba Serge, Blin Jacques,  Bonet Gérard, Bonnaud Pierre, Médan Jean, Rouquette Alain,  Ruquet Miquèl, Saint-Jours Yves, Schill Pierre, Susagna Gilbert, Tirand  Paul. _______________________________________________________
1 -   Le président, Richard Vassakos, ouvre la séance qui commence par la vérification des procurations. Vingt trois membres sont présents ou représentés sur 40 qui ont payé leur cotisation au jour de l’Assemblée générale. Une lettre  d’Alain Rouquette est communiquée aux membres présents.
 Leprésident donne lecture de l’ordre du jour.
 1 - Bilan moral :   L’Association poursuit la publication de  son Bulletin semestriel LeMidi Rouge qui parait chaque année en juin et en décembre. Le numéro 27 a été diffusé.  La publication du n° 28 a été retardée en raison de difficultées survenues aux Presses Universitaires de Perpignan avec les quelles notre association a signé une Convention, tant pour la publication du Bulletin que pour celle des Actes de nos Journées. L’Association verse  400 euros aux P.U.P. pour contribution aux frais de publication des Actes.
 Les deux numéros 27 et 28 du Bulletin  seront mis en ligne sur le site de notre association.  Les Actes de la Journée de 2011 sont encore en attente. Pour ceux de 2013 et 2015 il est envisagé de  demande des devis à  d’autres partenaires si les PUP ne sont pas en mesure  d’assurer ces publications dans des délais raisonnables.
Certains retards sont imputables aussi, parfois,  à la difficulté de recueillir la totalité des textes des communications. Nous invitons donc ceux d’entre vous qui n’ont pas encore remis leurs textes à le faire rapidement. Les contributions présentées en 2015 et consacrées aux mines et mineurs de la région devront nous parvenir au plus tard à la rentrée de 2017. Nous vous demandons de les envoyer à André Balent et / ou à Pierre Schill.
Enfin, le président annonce que le mercredi 7 juin à 18h30, à la médiathèque de Béziers, en présence de Claude Pennetier, André Balent, Hélène Chaubin et Richerd Vassakos feront une présentation de leurs travaux sur les fusillés de l’Hérault : après une introduction assurée par Claude Pennetier, chacun présentera des « lieux d’exécution » où les Allemands ont abattu au total 53 personnes entre septembre 1943 et août 1944. Notons qu’à  Béziers, ce sera la date anniversaire de la mort des fusillés du Champ de Mars.
Le bilan financier 2016 est présenté par le trésorier, André Balent.  
Les comptes sont en équilibre avec des recettes de 840,05€, composées pour le principal des cotisations des adhérents (585 €). Les dépenses s’élèvent à 321, 06 €, constituées surtout par les frais postaux (94,40€), , le déplacement à Paris d’André Balent pour la Journée Maitron (107€),  et la location d’une salle à Port-la-Nouvelle (50 €) pour la tenue de l’Assemblée générale de 2016. Sur les deux comptes (chèques et livret) sont respectivement déposés 659,15€, et 5796,55€.  Aucune subvention n’a été accordée à l’association.
Bilan moral et Bilan financier sont approuvés à l’unanimité.
2 – Renouvellement du Bureau. Il n’y a pas de candidatures. Le Bureau est reconduit à l’unanimité.
3 – Le Printemps du Maitron  a été célébré à Paris le 22 mars. André Balent et Hélène Chaubin y ont assisté. Plusieurs hommages ont été rendus à Jean Maitron. Pour la 5° période de 1940 à 1968, une collection de 12 volumes a été publiée. Les publications en ligne se poursuivent et il s’ouvre désormais une 6° période qui ira juqu’en 1981. La journée suivante du 23 mars était consacrée à l’Assemblée générale de l’Association « Pour un Maitron des Fusillés et exécutés ». Cette association gérée par Dominique Tantin et Delphine Leneveu a besoin de recruter de nouveaux adhérents pour trouver l’équilibre financier qui lui est indispensable. Faute de soutiens,  le poste de Delphine Leneveu qui travaille pour beaucoup d’entre nous dans les archives de  Caen pourrait être menacé. Vous trouverez en pièce jointe un formulaire d’adhésion à cette association à laquelle a adhéré la nôtre, et aussi un Vade Mecum rédigé par Delphine pour rappeler à tous les rédacteurs de notices biographiques les normes du Maitron. Je demande à ce propos à tous ceux dont nous n’avons pas les adresses mail de bien vouloir les envoyer à votre secrétaire, Hélène Chaubin. Cela facilitera la communication et ce sera aussi un soulagement pour notre budget.
 4 – Le Bulletin N° 29est en préparation. Le Bulletin contient des articles, des biographies, des comptes-rendus et des notes de recherche. Si vous disposez de textes prêts à la publication, vos propositions sont encore les bienvenues. Veuillez les adresser à André Balent.
 5 – La Journée de décembre 2017  à Nîmes    Le président fait appel à  contributions pour la Journée de décembre  sur L’année 2017 et le Languedoc-Roussillon. Elle se tiendra à Nîmes le samedi  2 décembre 2017 au Complexe  Pablo Neruda, 1 place Hubert Rouger. Le prochain Bureau en déterminera l’organisation : 6 ou 7 interventions sont prévues.
Question diverses : JeanClaude Richard pose les problèmes que créent les évolutions respectives de l’ANACR et de la Fondation du Souvenir français. Il dit également son souhait de recruter des historiens en Aveyron.

Le Président clôt la séance à 13h30.

Après un repas en commun, l’après-midi a été consacrée à la visite du « Musée du désert »,  au Mas Soubeyran, près de Mialet.

 

La secrétaire générale,

 Hélène Chaubin

 


 


Association Maitron Languedoc-Roussillon

 

Le mot du président,

L’Association Maitron Languedoc-Roussillon  est une émanation régionale du dictionnaire du mouvement ouvrier initié par Jean Maitron. Sa vocation première est donc de dresser des biographies de militants du mouvement ouvrier. Un échantillon de celles-ci est présenté dans le bulletin semestriel de l’association intitulé Midi rouge. Néanmoins, les membres de l’association ne se cantonnent pas à cette tâche. Dès les origines, ils ont élargi leur champ de recherche à l’histoire du mouvement ouvrier dans le Languedoc méditerranéen et en Roussillon. Profitant, de leur expérience biographique, ils ont pu construire une histoire sociale par le bas, à hauteur d’homme en quelque sorte. D’ailleurs les champs d’investigation se sont progressivement élargis et désormais, le Midi rouge est une revue qui propose des articles d’histoire sociale, politique, culturelle pour la période contemporaine. Ces dernières années ont aussi vu l’ouverture vers de nouveaux auteurs et la diffusion s’est développée puisque tous les dépôts d’archives et toutes les grandes médiathèques de la région reçoivent le bulletin. Parallèlement, l’association organise aussi tous les deux ans des journées d’étude d’un haut niveau scientifique qui donnent lieu à des publications. Après, Réinventer la gauche 1945-1968 en  2011, Libération et épuration en 2013, la journée 2015 a eu pour thème Mines et mineurs en languedoc-Roussillon.

Richard Vassakos

Actualités

Présentation du Dictionnaire des Fusillés à Nîmes

Mardi 5 avril 2016 Ici

Une présentation très détaillée du Dictionnaire des Fusillés: l'article en PDF.

L'Association Maitron.L.R. a signé un accord de partenariat avec le CRHISM (Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes) de l'université de PerpignanVia Domitia .

http://crhism.wordpress.com

Article du Travailleur Catalan sur le numéro 26 du Midi Rouge en ligne.

Une erreur attribue à A. Balent la biographie de F.Sentis écrite par Pierre Chevalier

Un article du mois d'août 2014 sur notre association Ici

Le numéro 24 de Midi Rouge et le sommaire du n° 27 sont en ligne.

Nouveau dépôt du Midi Rouge à la Librairie des Sources 5, rue Trencavel, Béziers.

Le dépôt du Midi Rouge a été effectué à la librairie : Le Grain des Mots, 13, boulevard du Jeu de Paume, Montpellier

 

Vous pouvez écrire à l'Association. Une lettre vous sera envoyée pour vous informer des activités. Adresse : maitronlr@orange.fr

COURIER DES LECTEURS

Courrier du 24 avril 2017 :

Madame, Monsieur, Bonjour.

Je me permets de vous contacter pour savoir où je pourrais consulter vos bibliographies de façon libre. Je réside à Montpellier et je fais des recherches généalogiques sur mes aïeux. Mon arrière-grand-père, Victor Compoint, fut responsable communiste à Thiais et fut interné au camp d'Aincourt le 5 octobre 1940 et libéré du camp de Rouillé le 11 septembre 1942. Je vous remercie bien pour votre attention, à bientôt. Salutations Cordiales. Angela Pereira.

Association Passerelle France Brésil

& Solidarités Lusophones

Chef de Projet

Réponse d'Andreu Balent le 5 mai 2017 : Bonjour Madame,

Vous trouverez ci-joint une copie de la biographie de Victor Compoint dans le Maitron en ligne (accès limité). Pour avoir accès à d'autres biographies veuillez joindre de ma part Claude Pennetier, directeur du Maitron  : mailto:info@maitron.org

Cordialement, André Balent

Courrier de Laurent Thiery le 3 mai 2017 : Bonjour,

 

Je me permets de faire appel à vous car je cherche à contacter M. Pierre Chevalier, auteur du Maitron.

En fait, nous nous sommes parlés au téléphone mercredi dernier à propos de la réalisation du Dictionnaire biographique des déportés de Dora. Nous avons eu un gros bug informatique sur le serveur du musée et tous les mails ont été effacés, si bien que j’ai perdu ses coordonnées. Pourriez-vous, si possible, lui transmettre ce message afin qu’il me recontacte ? Un grand merci d’avance. Bien cordialement, Laurent THIERY, Dr. en Histoire, Chargé du projet "Mittelbau-Dora", Historien à La Coupole, Centre d'Histoire et de Mémoire du Nord-Pas-de-Calais.


De Quentin Lohou le 17 juillet 2017

Madame, Monsieur,

Doctorant en histoire du droit du travail à l'université de Nantes, je me permets de vous contacter au sujet de mes recherches (sous la direction de Jean-Pierre Le Crom, CNRS). M'intéressant au droit des relations du travail applicable à certains agents de l'administration (les non titulaires), j'ai eu l'occasion de lire certaines publications d'Yves Saint-Jours qui, selon les informations mentionnées sur votre site internet, est membre de votre association.

J'aurais vraiment aimé pouvoir lui poser quelques questions relativesà deux de ses ouvrages (son manuel de droit des relations du travail dans le secteur public et son autobiographie).

Je vous serais extrêmement reconnaissant si vous pouviez me transmettre ses coordonnées afin que je puisse le joindre.

Sincères salutations, Quentin Lohou

De Julien Rodriguez le 21 août 2017

Bonjour,
Je me permets de vous contacter car à la recherche de Midi Rouge je me suis rendu à la librairie Le Grain des Mots à Montpellier qui, malgré l'indication de votre site, n'a pas connaissance d'un dépôt de votre bulletin. (et j'ai demandé à l'ensemble des libraires y travaillant).
Est-ce normal ? Je vous remercie.

 


 



Archives du courrier